La journée de solidarité

Actualité du 29/04/2019

Depuis la loi de 2008, les entreprises n’ont plus l’obligation de réaliser la journée de solidarité le 1er mai.

Cette journée de solidarité peut être réalisée un autre jour chômé par l’entreprise (jour férié ou jour de congés payés). Ces 7 heures peuvent également être fractionnées lors de l’année. Les conditions sont définies par un accord d’entreprise, d’établissement ou de branche. Si aucun accord n’est défini, c’est alors au chef d’entreprise de définir les modalités d’application de cette journée.

Il est également possible d’avoir des conditions d’application différentes selon les salariés.

La rémunération est la même que pour les autres journées travaillées mais l’entreprise doit reverser une contribution de 0,30 % sur les salaires qui sert à financer l’autonomie des personnes âgées ou handicapées.