Comptabilité association

Quelle comptabilité pour une association ?

La tenue d’une comptabilité pour une association n’est pas obligatoire tant qu’elle n’est pas subventionnée ou qu’elle n’a pas d’activité économique. Cependant le fait d’avoir une comptabilité claire et d’être en mesure de fournir des documents de synthèse chaque année sur l’état des finances de l’association permet de mieux gérer son budget et d’entretenir un climat de confiance au sein des adhérents.

Voici les cas où la comptabilité d’une association devient obligatoire :

  • cette obligation est stipulée dans les statuts de l’association (soit par l’assemblée générale, soit par l’administration pour les associations reconnues d’utilité publique par exemple) ;
  • elle bénéficie d’un agrément de l’administration ;
  • elle reçoit des subventions ;
  • elle a des salariés ;
  • elle exercice une activité économique.

La tenue de la comptabilité d’une association se fait sur une période d’un an, généralement l’année civile mais qui peut être modifiée (année scolaire, …).

Soit nous gérons entièrement votre comptabilité, soit nous vous proposons le logiciel SimpliCompta™ qui est particulièrement adapté pour la tenue de la comptabilité des associations.

Nous le configurons spécialement selon le type de votre association.

Chaque mois vous devez simplement télécharger vos relevés bancaires depuis le portail de votre banque sur notre logiciel et classifier vos justificatifs selon la méthode que nous vous conseillerons.

Vous aurez ainsi un aperçu exact de la trésorerie, des recettes et des charges de votre association.



Découvrez toutes nos offres en comptabilité

Découvrez le logiciel en ligne SimpliCompta™

Cognitis enim pilatorum caesorumque funeribus nemo deinde ad has stationes appulit navem, sed ut Scironis praerupta letalia declinantes litoribus Cypriis contigui navigabant, quae Isauriae scopulis sunt controversa.

Alii nullo quaerente vultus severitate adsimulata patrimonia sua in inmensum extollunt, cultorum ut puta feracium multiplicantes annuos fructus, quae a primo ad ultimum solem se abunde iactitant possidere, ignorantes profecto maiores suos, per quos ita magnitudo Romana porrigitur, non divitiis eluxisse sed per bella saevissima, nec opibus nec victu nec indumentorum vilitate gregariis militibus discrepantes opposita cuncta superasse virtute.

 

Nisi mihi Phaedrum, inquam, tu mentitum aut Zenonem putas, quorum utrumque audivi, cum mihi nihil sane praeter sedulitatem probarent, omnes mihi Epicuri sententiae satis notae sunt. atque eos, quos nominavi, cum Attico nostro frequenter audivi, cum miraretur ille quidem utrumque, Phaedrum autem etiam amaret, cotidieque inter nos ea, quae audiebamus, conferebamus, neque erat umquam controversia, quid ego intellegerem, sed quid probarem.